Dans les Cieux de Pern Index du Forum
Dans les Cieux de Pern Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Histoire de Pern

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Dans les Cieux de Pern Index du Forum -> L'Encyclo de Pern -> Vie & Histoire de Pern
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Layna
Dame du Weyr

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2007
Messages: 554
Féminin
Lieu de Vie: Weyr de Delra
Statut: Dame Dorée

MessagePosté le: Mar 24 Avr - 20:54 (2007)    Sujet du message: Histoire de Pern Répondre en citant

Ce texte est un extrait de l'introduction de "La Quête du Dragon". Il est ici dans le but de vous aider à comprendre le monde dans lequel vos personnages vont évoluer. Je sais que le texte est impressionant mais je vous demanderai de [u]lire au moins les passages en gras[/u].

[center]__________________[/center]

[b][color=#000000]Rukbat, dans le secteur du Sagittaire, est une étoile jaune de type G. Elle avait cinq planètes, deux ceintures d'astéroïdes, et une planète excentrique, captée et retenue dans son champ d'attraction depuis plusieurs millénaires. Des hommes s'établirent sur le troisième monde de Rukbat et le nommèrent Pern; ils prêtèrent tout d'abord peu d'attention à la planète étrangère décrivant une orbite elliptique totalement excentrique autour de son soleil d'adoption. Pendant deux générations les colons pensèrent assez peu à l'étoile rouge en brillante, jusqu'au jour où la course déséspérée de l'errante l'amena près de sa planète soeur au périhélie.
Quand les aspects étaient harmonieux entre les deux planètes, sans infuences de conjonctions avec d'autres planètes du systèmes, la vie indigène de l'errante cherchait à franchir le gouffre de l'espace pour rejoindre la planète plus tempérée et hospitalière.[/color][/b]
Les pertes initiales supportées par les colons furent effrayantes, et c'est au cours de la longue lutte qui s'ensuivit pour survivre et combattre cette menace tombant des cieux de Pern sous la forme de Fils d'argent que le contact ténu subsistant entre Pern et la Planètre-Mère (la Terre) fut rompu.
Pour maîtriser les les incursions des Fils redoutés (car les Pernais avaient très tôt démembrés leurs vaisseaux de transport et renoncé à des subtilités technologiques inutiles sur cette planète pastorale), ces hommes ingénieux s'embarquèrent dans une entreprise de longue haleine. La première phase consistait en l'élevage d'une forme de vie hautement spécialisée, indigène à leur nouveau monde. [b][color=#000000]Les hommes et les femmes doués d'un coefficient d'empathie élevé et de quelques capacités télépathique s'entraînèrent à utiliser et à préserver la race de ces étranges animaux. Les "dragons" (baptisés ainsi d'après l'animal mythique terrestre auquel ils ressemblaient) avaient deux caractéristiques extrèmement utiles: ils pouvaient se transporter instantanément d'un endroit à un autre et après avoir mastiqué un minéral riche en phosphine, ils émettaient un gaz combustible. Comme les Dragons pouvaient voler, ils étaient capable de calciner les Fils en plein ciel tout en restant eux-même pratiquement indemnes.[/color][/b] Le développement complet de cette première phase prit des générations. La seconde phase de la défense envisagée contre les incursions des spores devaient exiger plus de temps pour arriver à terme. Car les Fils capables de traverser l'espace dévoraient avec une voracité aveugle les matières oragniques et, dès qu'ils avaient touchés terre, sy' enfonçaient et y proliféraient avec une rapidité terrifiante.
Les initiateurs de ce programme de défense en deux étapes ne firent pas la part suffisante au hasard et à l'effet psychologique que produisait la vue et l'extermination de ces ennemis voraces. Parce qu'il était psychologiquement rassurant et profondément satisfaisant pour les Pernais de voir cette menace calcinée et réduite à l'impuissance en plein ciel. De plus, le continent méridional, cadre de la seconde phase, se révéla inhabitable et toute la colonie émigra vers le continent nord pour chercher refuge contre les Fils dans les grottes naturelles des chaînes montagneuses septentrionales. Le continent Méridional perdit toute son importance au cours de la lutte immédiate pour établir de nouvelles colonies dans le Nord. [b][color=#000000]Avec chaque génération, les souvenirs de la Terre s'estompèrent de plus en plus de l'histoire de Pern, jusqu'à ce que l'histoire de leur origine dégénérât en mythe, en légende, pour finalement se perdre dans l'oubli.[/color][/b]

Le Fort originel, construit dans la face Est de la grande chaîne occidentale, fut bientôt trop petit pour donner asile à tous les colons. Une autre colonie se fixa donc un peu plus au nord, près d'un grand lac commodément niché à proximité d'une falaise creusée de nombreuses cavernes. Mais le Fort de Ruatha, lui aussi, se trouva surpeuplé en quelques générations.
Puisque l'Étoile Rouge se levait à l'est, on décida d'établir un Fort dans les montagnes orientales, pourvu qu'on y trouvât les facilités nécéssaire. Par cela on entendait maintenant des grottes, car seuls le roc et le Métal (dont Pern était bien mauvaisement pourvue) restaient inattaquables aux brûlures des Fils.

Dans l'intervalle, la race des Dragons ailés et crachant du feu avait évolué de telle sorte que la taille actuelle des dragons nécessitait maintenant plus d'espace que les falaises des Forts ne pouvaient leur en offrir. Les cônes creusés de grottes de volcans étaints, dont l'un dominait le premier fort et l'autre se trouvait dans les montagnes de Benden, convenaient à leur établissement, pourvu qu'on y apportât quelques améliorations destinées à les rendre habitables. Toutefois, ces travaus finirent par épuiser le combustible nécessaire aux grandes excavatrices (programmées en vue de petites opérations minières et non pour creuser des montagnes), et Forts et Weyrs durent êtres creusés à la main.

[b][color=#000000]Les dragons et leur maîtres dans leurs montagnes, et les roturiers dans leurs grottes se consacrèrent à leurs tâches chacuns de leur côté, et chaque groupe développa des habitudes qui devinrent coutume, laquelle coutume se pétrifia en une tradition aussi intangible que la loi.

Survint alors un Intervalle - deux cent Révolutions de Pern autour de son soleil - où l'Étoile Rouge se trouva à l'autre extrême de son orbite exentrique, captive solitaire et glacée. Aucun Fil ne tomba plus sur Pern. Les habitants se mirent à jouir de la vie comme ils avaient pensé en jouir lorsqu'ils avaient pour la première fois abordé cette planète hospitalière.[/color][/b] Ils effacèrent les déprédations des Fils, ensemencèrent les champs et se mirent à reboiser les pentes dénudées par les Fils. Ils parvinrent même à oublier qu'ils avaient frôlé de près l'extinction totale. [b][color=#000000]Puis les fils se remirent à tomber pendant un autre passage de l'Étoile Rouge près de la planète luxuriante, cinquantes révolutions de dangers pleuvant des cieux[/color][/b], et de nouveau, les Pernais remercièrent leurs Ancêtres, de leurs avoir légué les dragons brûlants en plein ciel de leur haleines enflammées les fils tombant de l'étoile rouge.

La race des dragons avait elle aussi, prospéré durant cet Intervalle; elle s'était établie en quatre autres endroits, suivant le plan originel de défense provisoire. Les hommes en arrivèrent à oublier complètement qu'il avait existé une mesure secondaire de défense contre les Fils.
[b][color=#000000]Le temps que se produise le troisième Passage de l'Étoile Rouge, une structure socio-politico-économique complexe s'était développée pour faire face à ce mal récurrent. Les Six Weyrs (ainsi appelait-on les habitations volcaniques des dragons) s'engagèrent à protéger Pern en son entier, chaque Weyr prenant littéralement sous ses ailes un secteur géographique du continent nord. Le reste de la population leur versait la dîme puisque ces combattants[/color][/b], ces chevaliers-dragons, n'avaient pas de terres arables dans leurs domaines volcaniques, et [b][color=#000000]ne pouvaient[/color][/b], en temps de paix, distraire des soins à donner aux dragons le temps d'apprendre d'autres activités ni, en temps de Passage, [b][color=#000000]se consacrer à d'autre choses qu'à la protection de Pern[/color][/b].

[b][color=#000000]Les colonies, nommées Forts, se développèrent partout où l'on découvrit des grottes; Certaines, bien entendu, plus étendues ou stratégiquement mieux situées que d'autres. Il fallait un chef énergique pour maîtriser les hommes terrifiés et paniqués durant les attaques des Fils; il fallait une sage administration pour conserver les provisions lorsque les récoltes étaient incertaines, et des mesures extraordinaires pour contrôler la population et faire en sorte qu'elle reste active et en bonne santé jusqu'à ce que le danger fût passé. Des hommes pourvus de dons spécieux pour la métallurgie, l'élevage, l'agriculture, la pêche, le tissage, les mines (ce qui en subsistait), formèrent des Ateliers dans tous les Forts importants, chacun se réglant sur un Atelier-Maître qui enseignait les principe du métier, conservait et transmettait d'une génération à une autre les secrets de son art. Pour que le Seigneur d'un Fort ne puisse refuser aux autres Forts de la planète les produits d'un Atelier situé sur son territoire, on décréta que les Ateliers seraient indépendants des Forts, chaque artisan d'un Atelier prêtant allégance au Maître de cet Art (élu sur ses capacités professionnelles et administratives). Le Maître d'un Art était responsable de la production de ses ateliers, de la distribution juste et équitable de tous les produits de son Atelier, sur une base planétaire plutôt que locale.
Certains droits et privilèges étaient l'apanage des différents Seigneurs des Forts, des Maîtres d'Ateliers et, naturellement, des chevaliers-dragons dans dépendait la protection de tous pendant les attaques des Fils.[/color][/b]

Inexorablement, l'Étoile Rouge se rapprochait de Pern, mais elle finissait toujours par passer, et la vie reprenait un cours plus tranquille. De temps en temps, la conjonction des cinq satellites naturels de Rukbat empêchait l'Étoile rouge de passer assez près de Pern pour y faire tomber ses spores redoutés. Parfois, cependant, les planètes soeurs de Pern semblaient attirer l'Étoile Rouge encore plus près, et les Fils pleuvaient inexorablement sur l'infortunée victime. La peur engendre le fanatisme, et Pern ne fit pas exeption. Seuls les chevaliers-dragons pouvaient sauver Pern, et leur situation devint inviolable dans l'organisation de la Planète.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Avr - 20:54 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Dans les Cieux de Pern Index du Forum -> L'Encyclo de Pern -> Vie & Histoire de Pern Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com